Fils conducteurs

 

Les structures scolaires doivent être en correspondance avec la formation de futurs adultes autonomes et solidaires.

 

 

L'école a tendance à refléter la société. L'enjeu étant de changer notre mode de vie et donc la société, notre réflexion sur l'école s'inscrit dans cette problématique. Le changement  de l'école ne peut qu'accompagner un changement de l'ensemble de la société.
Ces changements doivent permettre aux élèves de mieux comprendre leur milieu (connaissances techniques, humaines, historiques, sociales) condition nécessaire pour, de sujet, devenir acteur. Ils impliquent une refonte totale des programmes et des méthodes institutionnelles actuelles en plus grande interaction avec l'ensemble de la société. Enseigner quoi et comment, avec quels enseignants, avec quelle formation ?.. 


Ces changements doivent viser à favoriser l'existence de citoyens  non soumis à l'autorité, critiques, rationnels, coopératifs, solidaires.


  L’École ne doit pas préfigurer les structures hiérarchiques de la société : des chefs "petits et grands" au dessus d'une "masse" sans parole propre. Ainsi la structure actuelle avec un enseignant unique dans sa classe, face à un "public" plus ou moins soumis, est le cœur du système qu'il importe de changer

En primaire comme au collège il serait fondamental de faire éclater la classe. Regrouper trois tranches d'âges face à trois enseignants irait dans ce sens.
Trois tranches d'âges permet au plus jeunes de recevoir des plus âgés, occasionnellement l'inverse. Quand un élève partage avec d'autres élèves, il comprend mieux lui-même. Développement de l'esprit de coopération plutôt que celui de compétition.
Trois enseignants cela  permet d'éviter le face à face avec un seul adulte. Possibilité d'évitement, complémentarité des enseignants en fonction de leurs centres d'intérêts, regards mutuels d'un enseignant sur l'autre propice à éviter le développement de situations malsaines.

 

Quelle structures culturelles ...

Comment favoriser les créations culturelles et leurs accès.

 

 

Les médias indépendants des milieux patronaux et politiques

 

Libérer les médias de la tutelle des multinationales au nom de l'écologie, comme le demande les "décroissants"dans leurs propositions 3 et 4 c'est très réducteur. C'est au nom de la DÉMOCRATIE qu'il faut prendre des mesures concrètes aujourd'hui et non revenir 50 ans en arrière. Qu'est ce qu'un "média"? Un fournisseur de mots d'images de sons de vidéos? Aujourd'hui, c'est cela en gros. Il n'y a pas de traitements différents en fonction des contenus. De fait l'évolution des "médias" est principalement l'histoire de la croissance de la "réclame", de la "pub", de la "propagande marchande" depuis o% dans les premières feuilles journalistiques au 19 ème siècle à 100% avec Télé Bouygues (TF1 et les autres, vendent des temps d'accès au "cerveau" ), la plupart des  "radio libres" et pour finir par les quotidiens gratuits. Le fil conducteur, c'est le fric, toujours plus. Principalement, mais pas seulement. Ces gens qui font du fric, qui s'invitent mutuellement, forment "naturellement"  un groupe homogène "politico-people" où les lieux communs servant leurs intérêts font office de pensée.

La publicité n'est pas principalement une "agression " (parmi d'autres) mais la pièce maîtresse d'un certain mode de production et de consommation, et module fortement voire conditionne la production médiatique. Faisons voter une loi qui interdise  tous les espaces publics (physiques ou virtuels) à la publicité et la réglemente  sévèrement dans tous les autres espaces : la publicité doit être réservée à des médias qui impliquent une démarche individuelle et volontaire pour y accéder (ex : les revues, les sites internet)

Très concrètement :
 
                  - Suppression de tous les vecteurs  publicitaires sous toutes leurs formes: panneaux publicitaires, publicités dans les abris bus Decaux , vélos Decaux , enseignes lumineuses etc.…
                  - Suppression de toute publicité sur les chaînes de télévision publiques. Suppression de la redevance (qui est le fait un impôt forfaitaire) et financement par les impôts directs (et donc en rapport avec le revenu). Pour un service public télévisuel européen.   
                  - Accroitre la TVA sur les budgets publicitaires (passer de 20 à 50, 100 ou 200%...)     
                  - Réglementer sévèrement  le contenu des  publicités :
~ interdire l'idée qu'il pourrait  y avoir des produits ou services gratuits (ex: un acheté, un gratuit, pour un euro de plus vous avez la climatisation ….).Ce genre de publicité relève de la manipulation mentale et de l'escroquerie.
~ interdire les publicités qui instrumentalisent le sexe ou les sentiments
~ etc. ...etc. ...